Et Dieu vit que c’était mauvais

Dans son nouveau livre, la systématicienne catholique Julia Enxing esquisse une doctrine de la création pour le 21e siècle. Elle poursuit ainsi deux objectifs : Eclairer la foi chrétienne sur la compréhension que l'être humain a de lui-même en tant que couronne de la création – compréhension lourde de conséquences et identifiée comme erronée par l'autrice – et faire valoir la foi chrétienne comme ressource contre la catastrophe écologique.

Le livre est divisé en cinq essais d'une trentaine de pages. Une première partie relit la doctrine biblique de la création. Après avoir traité brièvement des questions introductives et rédactionnelles, Enxing se penche dans ce chapitre sur la définition biblique de la relation entre la créature et la création, l'homme et son environnement. Ce faisant, elle ne se contente pas d'observations exégétiques, mais elle insère régulièrement dans son analyse des interpellations :

Lorsqu'un lion, qui doit manger une gazelle pour survivre, et dont l'organisme et l'habitat ne permettent pas d'autres options alimentaires, la mange réellement, c'est une chose. C'est autre chose lorsque nous, qui vivons en Allemagne, composons chaque jour notre menu à partir d'une offre débordante (indépendante de la région et de la saison) devant des rayons de supermarché débordants. (...) Peut-on vraiment se permettre, d'un point de vue moral, de renvoyer au lion ?

Enxing, 44.

Dans la deuxième partie, l'autrice entreprend un diagnostic du présent à l'aide des concepts d'anthropocène, de capitalocène, d'eurocène et de technocène, qu'elle résume, à la suite de Jens Soentgen, sous le mot-clé de phobocène. Pour Enxing, les chrétiens et chrétiennes ont une responsabilité particulière à cet égard :

Non seulement nous avons été désignés par D*eu pour être les gardiens de la création, mais c'est à nous d'apporter le message de la vie pour tous.

Enxing, 70.

L'autrice donne également un aperçu de ce que cette prise de conscience signifie pour son propre mode de vie. Elle a signé la déclaration d'engagement volontaire de Scientists for Future, tout trajet de moins de 1000 km est fait uniquement en train, elle ne possède pas de voiture, se nourrit de manière végétalienne et achète des vêtements Fair Wear. L'autrice reconnaît comme la dévalorisation des êtres vivants non humains comme une forme de mal particulier. Elle le place sur le même plan que le racisme et l'antisémitisme.

Le troisième chapitre se lit comme l'antithèse combative et densifiée du bestseller de Rutger Bregman "Im Grunde Gut". Enxing ne nie pas les progrès considérables auxquels notre civilisation doit sa forme actuelle. Mais elle fait remarquer que

Les conquêtes, les inventions et la production ont un coût. Le prix à payer est celui de la colonisation, de l'esclavage, des génocides, de l'exploitation de l'homme et de la nature non humaine.

Enxing, 85.

L'autrice décrit cette évolution comme une "désolidarisation avec notre planète" (104). Dans le discours de Leonardo Boff sur la terre crucifiée, Enxing reconnaît une voie au-delà d'un romantisme naturel lénifiant ou d'une posture défaitiste : "La 'création déchue' et la 'terre (mère) crucifiée' sont théologiquement en tension directe avec le royaume de D*eu qui a commencé et notre mission de le vivre, de le façonner et de le faire éclore ainsi que d'anticiper joyeusement une nouvelle création du ciel et de la terre". (109)

Dans le quatrième chapitre, Enxing esquisse une "éthique intégrale" qui veut placer la culture et la nature et l'homme et la nature dans un rapport nouveau et plus adéquat. À la suite de la célèbre formule de Schweitzer - "je suis vie qui veut vivre, entouré de vie qui veut vivre" - elle rappelle la structure relationnelle fondamentale de la créaturalité humaine. Dans la pensée occidentale, cette structure aurait toutefois conduit à un raccourci anthropocentrique :

Les droits environnementaux ou les droits de la nature ne sont généralement discutés que dans la mesure où le non-respect de ce que nous appelons les 'droits climatiques' pourrait être problématique pour notre vie.

Enxing, 123.

L'autrice montre, en se référant à des concepts sud-américains, que cette approche rationnelle de notre monde n'est pas sans alternative. L'autrice reconnaît une ressource théologique dans le fameux passage de Matthieu "Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous l'avez fait". (Mt. 25,40) Elle reformule : "Ce que vous avez fait à ceux qui vous sont proches et apparentés, vous pouvez aussi le faire aux autres, vous me faites à moi - le D*vin - ce que vous faites à votre prochain". (138)

Enxing s'inspire de la "religion vert foncé" (NDT : Dunkelgrüne Religion qui désigne les formes de naturalisation de la religion, que ce soit dans les spiritualités autochtones, ou dans les formes contemporaines d'écospiritualité) pour situer la vie non humaine non seulement comme un objet religieux, mais aussi comme une sphère religieuse comme telle, pour dépasser les restrictions anthropocentristes. Il ne s'agit pas d'une orientation éthique ou d'un engagement personnel de l'être humain, mais d'une disposition religieuse qui est expérimentée spirituellement.

La cinquième partie est consacrée aux abus concrets, aux revendications et aux possibilités d'y faire face politiquement et théologiquement. La crise climatique sert de charnière pour discuter de différents domaines, tels que le système économique, l'image de l'homme, les questions de justice transgénérationnelle ou les injustices mondiales. Enxing met l'accent sur la notion de responsabilité, non pas en tant qu'obligation éthique, mais en tant que paradigme de conscience :

Cela peut paraître pathétique, mais je pense qu'il n'y a rien de plus urgent que la tâche d'aiguiser une nouvelle conscience de nos interdépendances intra et intergénérationnelles ainsi que planétaires et de s'engager dans une nouvelle voie.

Enxing, 159.

L'autrice tente d'amener à une telle prise de conscience en croisant les revendications et les points de vue des activistes (chrétien·ne·s) du climat avec les motifs et fondements bibliques et ecclésiaux.

Critique

Le livre d'Enxing veut éveiller les consciences. La maison est en feu, il est minuit cinq et il faut agir. C'est un écrit engagé, issu des grèves du climat et non d'une tour d'ivoire théologique. Les motifs de l'espérance chrétienne n'y sont pas servis comme des sédatifs, mais utilisés, au choix, comme des catalyseurs de motivation ou comme des comprimés de caféine contre le défaitisme. Si elle a raison - et tout porte à le croire - il s'agit d'un livre dont notre époque a besoin.

Le livre est le plus fort lorsqu'il parvient à mettre en jeu la religion non pas en tant que ressource morale, mais en tant qu'état d'esprit, sentiment, force intérieure. A mon avis, cela réussit surtout dans les chapitres quatre et cinq. Malheureusement, à certains endroits, le livre semble un peu crispé et faire inutilement le jeu de la lutte des classes. Par exemple, lorsque Enxing décrit en détail que la richesse ne provoque manifestement pas le même malaise chez tout le monde : "Je me souviens d'une assemblée générale d'une œuvre caritative de l'Église (précisément !), au cours de laquelle le monsieur à côté de moi, arrivé un peu en retard dans la grande salle avec la longue table des participants, s'est assis avec un grand cliquetis - tous les yeux sur lui, silence dans la salle - pour ensuite, au ralenti, poser très lentement la clé de sa Porsche Cayenne sur la table, lever les yeux, regarder l'assemblée et - la réunion était interrompue depuis longtemps - dire lentement et clairement 'Bonjour'". (67f.)

Peut-être que le fait de raconter ce genre de récit fait naturellement partie du tableau lorsque l'on adopte une écriture engagée. Les passages moins moralisateurs et plus visionnaires m'ont davantage séduit et valent vraiment la peine d'être lus.

Julia Enxing : Und Gott sah dass es schlecht war. Warum uns christlicher Glaube verpflichtet, die Schöpfung zu bewahren, Kösel-Verlag, Munich 2022. (Et Dieu vit que c'était mauvais. Pourquoi la foi chrétienne nous oblige à préserver la Création)


*Cet article a été traduit à l'aide d'un logiciel de traduction automatique et brièvement révisé avant la publication.

Facebook
WhatsApp
Twitter
Email
Stephan Jütte

Stephan Jütte

Dr. theol.

Leiter Theologie und Ethik
Mitglied der Geschäftsleitung

Alle Beiträge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolor