La peur dévore la jeunesse

Dimanche dernier, j'ai assisté au culte de confirmation de ma paroisse. Les confirmandes et confirmands ont dirigé le culte et rédigé son contenu. Ils se sont penchés sur le thème de l'avenir. Pendant 60 minutes, ils ont dessiné de manière très décente, éloquente et généralement assez intelligente l'apocalypse imminente, peignant le diable sur la muraille. Si c'est vraiment ainsi qu'ils envisagent l'avenir, je n'aimerais pas être à leur place aujourd'hui.

Pas d'avenir ?

"No future" existait déjà. C'était juste avant mon époque et j'imagine que les punks ont défié les générations de leurs parents et grands-parents. Trop sale, trop inadapté, trop bruyant et beaucoup trop indifférent. Mais je suppose que c'était amusant d'être un punk. Au moins la musique sonne encore comme ça aujourd'hui. Ces confirmandes et confirmands n'étaient pas du tout négligés ou bruyants. Calmement et avec des mots choisis, ils ont expliqué que leur avenir était marqué par différentes crises : la crise climatique, le bouleversement du marché du travail par l'automatisation et l'intelligence artificielle et par la singularité technologique imminente qui verra les robots dominer l'humanité.

La dernière génération

Face à cela, le "Kumbaya my Lord" sonnait plutôt comme un appel à l'aide désespéré et le "Grand Dieu, nous te louons" (Grosser Gott wir Loben dich) aurait tout aussi bien pu être adressé à la future génération de robots. Lorsque j'ai eu l'occasion de leur remettre les images de la Confirmation et qu'ils se sont tenus en demi-cercle devant moi, j'ai pensé brusquement : C'est la dernière génération ! Non pas que j'y croie vraiment. J'ai moi-même des enfants plus jeunes et je pense qu'ils ont un bel avenir devant eux. Mais ils avaient l'impression d'être les représentants de cette dernière génération. 

À Dieu, ils et elles ne peuvent que demander de nous montrer à tous et à toutes les moyens et les idées pour faire face à la catastrophe qui va se produire.

Des hommes encore plus âgés que moi, mais aussi des hommes blancs, se sont moqués de Greta Thunberg ces dernières années, lorsque celle-ci leur a lancé avec colère que la maison était en feu. Greta croyait au moins encore qu'il y avait quelque chose à éteindre. Ces jeunes ne trouvaient plus la force de nourrir des espoirs aussi démesurés. À Dieu, ils et elles ne peuvent que demander de nous montrer à tous et à toutes les moyens et les idées pour faire face à la catastrophe qui va se produire. Dans toute cette confusion, ils souhaitaient des métiers à l'abri de la crise, des familles saines et aimantes et un peu de paix, si ce n'est pour le monde entier, du moins pour leur propre pays. 

Ne pas avoir peur

Lorsque j'ai moi-même confirmé en 1998, je ne me suis pas posé de questions sur la guerre, ni sur mon futur choix de carrière, et encore moins sur le climat. Nous étions sur le point de terminer notre scolarité obligatoire. Le gymnase nous attendait et l'avenir nous appelait avec des libertés que nous ne pouvions imaginer. 

Notre engagement politique se limitait à fumer des joints en cachette sur des chansons que nos parents avaient déjà écoutées. 

Nous étions sûrs que tout ne ferait que s'améliorer ! J'appartenais à la génération heureuse qui ne prenait rien vraiment au sérieux. Ni la mort des forêts qui préoccupait encore nos enseignants du primaire ou Fukushima, ni les éventuelles catastrophes chimiques (Schweizerhalle), ni les abeilles tueuses ou le SIDA, ni le 11 septembre, la guerre en Irak ou les crises économiques mondiales sans cesse annoncées. Notre engagement politique se limitait à fumer des joints en cachette sur des chansons que nos parents avaient déjà écoutées. Ce qui nous faisait peur, c'était de prendre des décisions qui limiteraient notre liberté. Mais il y avait si peu de décisions à prendre que nous nous en sommes très bien accommodés.

Avoir un avenir

Sans aucun doute, par rapport à ma génération, ces confirmés présentaient une mise à jour à la fois impressionnante et oppressante. Plus éduqués, plus informés, mais aussi plus confus et résignés. Plus adaptés et plus calmes que nous – mais je crois que ça bouillonne en eux. La génération de mes parents a appris à un moment donné que le mot chinois pour "crise" et "opportunité" était identique. Je ne suis pas sûr que ce soit vrai. Et, si c'est vrai, si c'est vraiment si important. Peut-être que cette génération de confirmands n'arrive pas à y croire, parce que la plupart d'entre eux n'ont pas vécu la crise de Corona comme une chance, mais comme un isolement, une menace. Ou parce qu'ils comprennent que l'optimisme sans sentiments et le progrès technologique n'inverseront pas le dépassement des points de bascule écologiques.

Peut-être que cette génération de confirmands n'arrive pas à y croire, parce que la plupart d'entre eux n'ont pas vécu la crise de Corona comme une chance, mais comme un isolement, une menace.

Quoi qu'il en soit, j'aimerais donner à ce millésime un peu de notre insouciance. Peut-être en échange d'une petite dose de conscience des problèmes. Et je pense qu'il faut leur faire comprendre de manière crédible qu'ils ne sont pas l'avenir, mais qu'ils ont surtout un avenir. Et pouvoir aussi profiter du présent.

Facebook
WhatsApp
Twitter
Email
Picture of Stephan Jütte

Stephan Jütte

Dr. theol.

Leiter Theologie und Ethik
Mitglied der Geschäftsleitung

Alle Beiträge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolor