The contemplative Pastor

Il y a quelques années, lorsque je suis entré dans le bureau d'un pasteur de la vieille ville de Zurich, j'ai vu et j'ai compris que c'était la fin d'une ère. Sous la fenêtre, protégé par un tissu oriental et au milieu de montagnes de livres, il se tenait là : Le canapé. Si ce n'est pas pour la thérapie, pour rêver. Mais son temps est révolu. Le pasteur en tant que mystagogue et pilote des voyages nocturnes de l'âme - cette époque est révolue et déjà presque refoulée.

Le pasteur en tant que mystagogue et pilote des voyages nocturnes de l'âme - cette époque est révolue et déjà presque refoulée.

Patrick Schwarzenbach

Non pas que le bureau pastoral soit redevenu une salle d'étude, Dieu nous en préserve, mais il est devenu un bureau et un espace de travail, un hub et une antichambre du purgatoire de l'e-mail.

Les longues études et les excursions de l'âme ne semblent pas être à l'ordre du jour.

Dans ce cadre, la proposition du théologien et traducteur biblique américain Eugene H. Peterson, aujourd'hui décédé - à ne pas confondre avec l'artiste canadien aux homards - selon laquelle les pasteurs devraient se concentrer à nouveau sur le cœur du ministère pastoral, résonne de manière rafraîchissante et conservatrice.

unbusy pastor

Peterson conseille aux personnes exerçant cette profession de redevenir des unbusy pastor. Cette idée est liée à la reconnaissance que les pasteurs ne sont pas payés pour le travail accompli, mais pour leur rôle. Selon lui, ce n'est pas le nombre qui est déterminant - qu'il s'agisse de clics, d'e-mails ou d'événements - mais la présence.

Le fait de remplir un rôle n'exclut pas l'action. Le policier du village doit intervenir lorsque le voleur bat la campagne. Mais il est payé pour sa présence et reçoit également son salaire même s'il n'y a pas de vol dans le village – et peut-être est-il alors encore plus mérité.

Ce jeu de rôle des professions est devenu presque aussi rare que le canapé du bureau paroissial, et pourtant il existe encore des rôles qui échappent à la logique travail = performance = salaire. Le rôle du pasteur ou de la pasteure en fait partie - tout comme celui du diacre ou de la diacre - et tant qu'il existe encore, il y a là une liberté insoupçonnée.

Vouloir paraître important

Il n'y aurait en fait que deux raisons, comme l'écrit Peterson dans son livre The Contemplative Pastor (EERDMANS 1993), pour lesquelles il deviendrait un busy pastor. L'une est la vanité. Chaque fois qu'il veut paraître important et remarquable, il se transforme en busy pastor. Des emplois du temps chargés, de nombreuses réunions et d'innombrables e-mails envoyés, un signe clair pour son importance et la qualité de son travail.

La deuxième raison serait la paresse. Pressé et stressé lorsqu'il laisse les autres décider de ce qu'il doit faire, il est trop paresseux pour dire non et se fixer ses propres priorités.

Mais s'il parvient à planifier lui-même son temps et à échapper à sa propre vanité, il lui reste alors trois tâches essentielles au ministère pastoral.

Que se passerait-il si le silence et la prière étaient au cœur de notre mission ?
Si, jour et nuit, on roucoulait et on ronronnait au-dessus de l'écriture ?
Si écouter était notre tâche ? Et s'attarder sur le mystère, notre pain quotidien ?

Patrick Schwarzenbach

Contemplation et prière

La contemplation et la prière comme centre de ce ministère - le silence et le désert avant l'action publique. Le unbusy pastor ne veut pas se nourrir de l'expérience spirituelle des autres comme un parasite, mais être lui-même totalement impliqué dans l'expérience et aussi guider les autres vers celle-ci. Et s'il est possible de combiner prière et travail, il n'en va pas de même pour le fait d'être busy. Il faut du temps et de l'espace - au retrait, loin du bruit du quotidien et du moi insatiable.

Le canapé fera-t-il ici son retour en tant que coussin de prière ?

Salle d'étude

La salle d'étude semble également connaître une renaissance. Chez Peterson, il s'agit très explicitement d'un lieu qui permet de s'immerger dans l'Ecriture. Non pas comme compilation de connaissances exégétiques et préparation à la conférence du dimanche, mais imprégnation jusqu'à la chair du cœur des mots et de la Parole.

Pour ensuite partager cette expérience, tout frais sortis de la douche.

Écouter et tendre l'oreille

En dernier lieu, il reste pour Peterson la tâche d'écouter. D'innombrables personnes viennent le voir au cours de la semaine avec des soucis, des joies et des histoires. Ce n'est qu'avec le loisir (leisure), avec du temps libre, qu'il est possible d'écouter vraiment. La leisure n'est pas une catégorie temporelle, mais un état d'esprit qui nécessite des espaces de temps libres et une disponibilité particulière à l'écoute. Lorsqu'il rencontre les autres dans cet état, l'autre se sent entendu et vu - l'âme est entièrement prise en charge.

busy church

Dans son texte, Peterson ne se demande pas si ce sont vraiment des raisons comme la vanité et la paresse qui empêchent d'être un unbusy pastor. Mais la disparition du canapé et de la salle d'étude témoigne sans doute d'un trend plus important que celui qui est lié à la gestion du temps.

Il semble que l'Eglise réformée, dans son processus de décroissance, soit devenue une "busy church".

Patrick Schwarzenbach

Il semble que l'Eglise réformée, dans son processus de décroissance, soit devenue une "busy church". Il n'est pas possible de décider ici s'il s'agit d'une vanité structurelle ou d'un manque de priorisation - ou même d'une réaction de défense de l'organisme face au danger.

Une expression fraîche de l'Église

Ce qui est presque certain, c'est que nos événements et nos e-mails ne manqueront pas à la société et qu'il n'y aura pas de bonus aux portes du ciel pour les séances courageusement endurées. L'Eglise réformée n'a pas grand-chose à perdre - le moment serait donc propice à l'édification d'une unbusy church.

Une expression fraîche de l'Eglise, qui se pose avec curiosité les questions suivantes.

Que se passerait-il si le silence et la prière étaient au cœur de notre mission ?
Si, jour et nuit, on roucoulait et on ronronnait au-dessus de l'écriture ?
Si écouter était notre tâche ? Et s'attarder sur le mystère, notre pain quotidien ?

Eugene H. Peterson : The Contemplative Pastor. Returning to the art of spiritual direction, Grand Rapids, Eerdmans, 1993.


*Cet article a été traduit à l'aide d'un logiciel de traduction automatique et brièvement révisé avant la publication.

Facebook
WhatsApp
Twitter
Email
Picture of Patrick Schwarzenbach

Patrick Schwarzenbach

Alle Beiträge

2 réponses

  1. Un pasteur (sic !) en extériorité oui, en surplomb non. Comment distinguer les deux ? Un.e pasteur.e en « slow life » pourquoi pas. Mais aujourd’hui, cette modalité ne suffit pas à faire de ellui un repère. Le pasteur.e a disparu. Iel s’est effacé dans le tumulte d’un smog VUCA. Sa lumière ne brille que pour quelques insectes qui virevoltent déjà dans son voisinage. Cela suffit peut-être. Les mathématiques du Royaume ne sont pas les nôtres. Mais de grâce, que les réformés qui se gargarisent du sacerdoce universel jusqu’à saturation, ouvrent les yeux sur le fait que les ministres sont des partenaires, des hominidés, des théologiens ordinaires. Bien avant d’être des specimen d’une époque révolue. En décalage, volontiers, mais avec pertinence, avec audace, avec présence, avec les autres surtout. Unbusy church… voilà une idée stimulante ! Et si les pasteurs étaient les derniers à y entrer… ?

  2. Que cache « le policier du village », qui n’existe plus, lui non plus, dans cette réflexion ? Une nostalgie, un paradoxe, une contradiction dans la réflexion ? « Busy » contre « contemplatif », si les deux n’était pas de la même catégorie, leur opposition donc pas justifiée ? Finalement, qu’est-ce la prière ? Fides quae ou fides qua, contemplation ou action ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolor