Des hommes pour une nouvelle Église

Le groupe spécialisé dans le travail des hommes dans le contexte ecclésial de männer.ch a publié un communiqué suite au rapport sur les abus sexuels dans l'Eglise catholique romaine en Suisse. Nous avons voulu en savoir plus et nous sommes entretenus avec les responsables du groupe spécialisé. Sur notre blog, nous mettons à disposition le contenu de cet échange sous forme d'interview.


Hommes.ch a publié un communiqué sur la crise des abus au sein de l'Eglise catholique romaine. Qu'est-ce qui vous a poussé à réagir publiquement aux résultats de l'étude intermédiaire sur les abus ?

Lors de notre dernière réunion du groupe spécialisé, nous avons été très touchés par l'ampleur des abus. Pour ne pas sombrer dans la paralysie collective, nous voulions faire quelque chose. Tant de fois déjà, il y a eu un tollé médiatique et ensuite il ne s'est pas passé grand-chose. En tant qu'hommes engagés depuis des années dans le travail des hommes au sein de l'Eglise, nous estimons qu'il est de notre responsabilité de faire valoir nos compétences dans le débat. Nous voulons créer un espace pour une discussion professionnelle approfondie. L'élucidation et la répression des crimes sont bien sûr importantes, mais cela ne suffit pas pour traiter cette crise de manière durable. Ce n'est qu'en reconnaissant les multiples causes que nous pourrons empêcher à l'avenir les abus sexuels systématiques, qui ne concernent pas seulement l'Église catholique.

De larges pans de l'actualité se concentrent actuellement sur les personnes de la conférence épiscopale. Vous écrivez qu'il s'agit d'un "système patriarcal cloisonné" qui constitue le "terreau" des auteurs et des actes. Qu'est-ce que vous voulez dire exactement ?

Nous entendons par là un conglomérat de structures typiquement catholiques, organisées de manière monarchique. L'épiscopat englobe les trois pouvoirs : Exécutif, Législatif et Judiciaire. Cette structure monarchique dépasse les capacités de toute personne occupant un poste épiscopal, car il n'y a pas de séparation des pouvoirs et l'évêque, en tant que supérieur hiérarchique et juge suprême, est dans tous les cas partial dans chaque décision relative à l'abus d'un prêtre ou d'un collaborateur de l'Église. A cela s'ajoute la loyauté non seulement envers les confrères, mais aussi, par exemple, envers un prédécesseur dans l'épiscopat. Cela conduit automatiquement chaque évêque à des conflits de loyauté. Ce système de concentration des trois pouvoirs sur une seule personne doit être modifié de manière à ce que des professionnels extérieurs soient également impliqués dans les questions d'abus et participent à la prise de décision. Les femmes et les hommes non consacrés en sont jusqu'à présent exclus. Seuls les clercs (prêtres ordonnés) peuvent prendre des décisions concernant les clercs. Cela crée un système cloisonné qui n'est plus compris ni accepté dans notre démocratie égalitaire et qui empêche les évolutions nécessaires.

Voyez-vous ce "système patriarcal cloisonné" uniquement dans l'Église catholique romaine ou également dans d'autres communautés religieuses ?

Toute institution dans laquelle les dirigeants ne communiquent presque tout qu'entre eux et se protègent mutuellement, ainsi que l'institution, en cas de problème, dans une fausse loyauté, peut devenir un tel système. Les communautés religieuses ne sont pas non plus à l'abri. Typiquement, les communautés religieuses ajoutent à cela des mécanismes patriarcaux qui excluent les femmes, ce qui est à nouveau lié à la question du pouvoir et de la sexualité. C'est pourquoi il est si important de comprendre l'abus sexuel comme l'expression d'un pouvoir masculin sexualisé ou comme l'exploitation d'un pouvoir masculin pour la poursuite d'intérêts sexuels.

Dans le communiqué, elle atteste que la "culture chrétienne occidentale" dans son ensemble a une morale sexuelle problématique et une empreinte patriarcale. Le christianisme est-il particulièrement exposé aux abus ?

La séparation de la sexualité et de la spiritualité, qui s'est de plus en plus consolidée dans la culture chrétienne occidentale, est centrale. Elle s'exprime de manière exemplaire dans la socialisation du prêtre : il est considéré comme particulièrement choisi et avancé sur le plan spirituel, précisément parce qu'il prend congé de la sexualité. Les prêtres et les pasteurs sont pourtant les modèles spirituels de notre culture et c'est pourquoi un tel clivage a un impact sur tous les hommes qui se perçoivent comme religieux ou spirituels. Dans le travail avec les hommes, nous constatons que de nombreux hommes ne se sentent pas bénis par leur sexualité. C'est pourquoi l'éducation et les échanges entre hommes sont si importants pour nous. Nous partons du principe que les hommes qui vivent leur sexualité avec plaisir et de manière relationnelle sont beaucoup moins susceptibles d'être abusés.

Vous ne vous contentez pas de critiquer l'Église catholique romaine, mais vous proposez également votre aide. Par où commenceriez-vous ?

En tant que membres catholiques du groupe spécialisé, nous sommes au cœur de l'Église catholique. Nous contribuons à la façonner en tant qu'aumôniers et nous nous engageons chaque jour dans notre travail pour une Église qui fortifie les gens et les encourage à marcher droit. Cela vaut également pour nos collègues du travail ecclésiastique. Cela implique des relations constructives et transparentes entre nous : partager ce qui nous réjouit et nous soutient, ce qui nous agace et nous pèse. S'accepter les uns les autres en tant qu'êtres humains, sans si ni mais, et présenter une position de valeur claire vis-à-vis des structures et des comportements méprisants, patriarcaux et limitatifs. Outre le niveau interpersonnel, notre engagement en faveur d'un changement des structures en fait également partie, afin que ces structures n'écrasent pas les personnes individuelles, mais favorisent une coexistence entre les femmes et les hommes, marquée par l'égalité et l'estime.

Avez-vous une vision pour les églises ? Et quelle est sa mission dans les domaines de l'égalité des sexes et de l'image des hommes ?

Notre vision est celle d'une Église soucieuse de l'égalité des sexes. Chaque personne, avec son sexe, doit se sentir bienvenue et précieuse pour la communauté et pouvoir participer aux décisions sur un pied d'égalité. Le système masculin unilatéral et traditionnel ne dévalorise pas seulement les femmes, mais aussi tous les hommes, et notamment les responsables de notre société, s'ils ne correspondent pas à cette image masculine. La "sortie" de ce système est en soi un processus humain et structurel qui nécessite du temps et des espaces dans lesquels les hommes et les pères peuvent échanger sur les masculinités destructrices et trouver ensemble des moyens d'être des hommes constructifs au quotidien. Sans les hommes, il n'y aura ni justice entre les sexes ni égalité - c'est pourquoi nous nous engageons pour la promotion du travail des hommes et des pères au sein des Églises en Suisse.


Christoph Walser, théologien et coach, pasteur réformé à temps partiel à Zurich et actif depuis 30 ans dans le travail avec les hommes, la prévention du burnout et le conseil sexuel, il vit avec sa famille à Zurich.

Matthias Koller Filliger, théologien et formateur d'adultes auprès du service Partenariat-Mariage-Famille du diocèse de Saint-Gall et conseiller en matière de violence auprès de konflikt-gewalt.ch, marié, trois enfants adultes, habite à Degersheim.


Communiqué du groupe spécialisé dans le travail des hommes dans le contexte ecclésial (22 septembre 2023)

Facebook
WhatsApp
Twitter
Email
Picture of Stephan Jütte

Stephan Jütte

Dr. theol.

Leiter Theologie und Ethik
Mitglied der Geschäftsleitung

Alle Beiträge

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit dolor